Changer de vie : passez à l’acte en suivant une formation comportementale

Le début de l’année est traditionnellement le moment des bonnes intentions et résolutions, qui cependant sont souvent bloquées par la réalité, l’habitude et l’impossibilité de changer. En fin de compte, tout est une question d’attitude, qui peut rarement être reprogrammée par une simple pensée intentionnelle. Mais cela peut se faire par une formation comportementale ciblée.

Étude de réhabilitation multicentrique dans la conception des ECR

Une étude prospective en cours sur la conception des ECR (essai contrôlé randomisé) répond à cette demande. L’étude s’est concentrée sur le bénéfice d’une double bronchodilatation au tiotropium/oodatérol pour les patients atteints de BPCO dans le cadre d’un programme d’autogestion pour la modification du comportement.

D’autres fabricants ont déjà abordé cette question dans des études. Nous en avons fait état il y a un an : la double bronchodilatation peut contribuer à améliorer la capacité d’exercice et de mouvement des patients atteints de BPCO, y compris les effets cardiaques positifs. Toutefois, cela ne répond pas à la question de savoir si la thérapie médicamenteuse a également un effet positif sur l’activité physique quotidienne des patients. Après tout, c’est ce qui compte pour obtenir des améliorations durables.

Dilemme thérapeutique : effets pétillants

L’étude actuelle montre le dilemme thérapeutique : même si les patients sont devenus plus efficaces en rééducation, cela ne signifie pas qu’ils bougent automatiquement plus dans la vie quotidienne par la suite. Sans changer leur attitude personnelle, les effets s’estompent.

L’étude multicentrique a porté sur 304 patients atteints de BPCO, dont 267 pourraient être inclus dans l’évaluation à la fin. Les patients ont participé à un programme d’autogestion comme thérapie de base pendant 12 semaines et ont été répartis au hasard en quatre groupes de taille égale. Ils ont reçu quotidiennement 1) un placebo, 2) du tiotropium (5 µg), 3) du tiotropium/olodatérol (5/5 µg) et 4) du tiotropium/olodatérol (5/5 µg) plus 8 semaines d’entraînement physique. Le principal critère d’évaluation de l’étude était le temps d’endurance à l’exercice après 8 semaines. D’autres critères d’évaluation ont été l’activité physique mesurée par un podomètre et la dyspnée ou la BPCO dépendantes de l’activité, qui ont été déterminées par questionnaire.

Résultat : dans les quatre groupes, les performances d’endurance s’étaient améliorées après 8 semaines. L’augmentation a été nettement plus importante avec la combinaison LAMA/LABA qu’avec le placebo. La plus grande réussite a été dans le groupe avec un entraînement physique supplémentaire. À la fin de la phase d’étude de 12 semaines, ces effets étaient toujours présents, même s’ils étaient quelque peu affaiblis.

L’augmentation de l’activité quotidienne n’est possible que par une modification du comportement

La double bronchodilatation a également réduit la dyspnée à l’effort et, en conjonction avec l’entraînement physique, d’autres plaintes liées à l’activité. Cependant, cela n’a pas eu d’effet mesurable sur le niveau d’activité physique dans la vie quotidienne. Dans tous les groupes, l’entraînement comportemental a permis d’augmenter le nombre de pas de 20 % (1 098 pas par jour) et le temps de marche de 16 % (11 minutes).

C’est au patient de traduire le gain thérapeutique en termes de performances physiques en une activité physique plus intense au quotidien. Ou mieux, dans sa conscience, ses connaissances et sa volonté. C’est pourquoi les approches de thérapie purement somatique sont souvent insuffisantes. La prise en compte des pensées et des sentiments du patient est au moins aussi importante.

Incluez toujours l’état d’esprit psychologique !

Un expert en pneumo-réhabilitation a commenté l’étude en faisant référence au terme “Fear Avoidance”. Le corps serait capable, mais la psyché ne coopère pas. Dans la vie de tous les jours, le patient n’est pas à la hauteur de ce qui est faisable. “Par conséquent, je ne considère pas que l’interprétation de l’activité physique sans connaissance de l’état psychologique de la personne concernée ait un sens. Les études futures devraient certainement saisir ces relations”, écrit le professeur. Et il nous demande, ou plutôt à toutes les disciplines concernées, “de montrer aux patients, encore et toujours, l’importance de l’activité physique vécue dans la vie quotidienne.

Ce n’est pas nouveau, c’est plutôt du pain quotidien. Mais il peut toujours être bon d’avoir un approvisionnement constant en fournitures.