la balance en faveur des demandeurs d’emploi dans le secteur médical ?

L’optimisme en matière d’emploi est particulièrement manifesté chez les employés du secteur médical et para médical .  Les spécialistes de ce domaine sont très demandés et sont sollicités, comme peuvent le révéler douloureusement les responsables de recrutement dans les  cliniques ou les autres institutions du secteur. L’étude “Application Practice 2020” fournit un chiffre à ce sujet : 57 % des employés du secteur médical sont optimistes quant à leur emploi.Un échantillon de 3 500 personnes interrogées

46,7 % confirme cette donnée  lors d’une  étude menée avant la crise de Coronavirus .

Depuis 18 ans, le Centre of Human Resources Information Systems (CHRIS) collecte pour le compte de Monster des données sur les tendances de recrutement dans les entreprises d’une part, et sur les attitudes, les attentes et les comportements des candidats* d’autre part. Une évaluation spéciale pour le praktischArzt de l’étude 2020 montre : que  le secteur médical fonctionne d’une manière équilibrée par rapport  à d’autres domaines. tel que dans  les cliniques, les maisons de retraite et les hôpitaux qui doivent en être conscients.

Différence numéro 1 : les médias sociaux

Les chances d’aboutir à un  recrutement par les médias sociaux dans le secteur médical sont meilleures que la moyenne dans d’autres secteurs En témoigne l’usage massif des chercheurs d’emploi du  Facebook et Instagram

Cependant, les premiers contacts avec les recruteurs via les réseaux sociaux jouent évidemment un rôle secondaire : seulement 0,6 % de tous les répondants déclarent que leur emploi actuel résulte du premier contact via les médias sociaux. Avec 2,2 %, ce chiffre est nettement plus élevé dans le secteur médical – mais à un niveau faible.

Différence numéro 2 : Procédure de demande

Les candidats dans le domaine médical préfèrent les méthodes traditionnelles. Seuls 29 % (34 % au total) souhaitent également postuler via des appareils mobiles tels que les smartphones ou les tablettes. Un nombre nettement plus élevé que la moyenne de tous les répondants ont des problèmes avec les sites de carrière mobiles. “Et si un candidat a un problème, il abandonne en général”, explique le professeur Tim Weitzel de l’université de Bamberg, qui dirige les études sur les tendances du recrutement et les pratiques d’application. Mais il souligne également que dans le domaine médical, les candidats potentiels* sont nettement plus nombreux à passer à un autre appareil, comme un ordinateur portable ou un ordinateur, en cas de problème.

Différence 3 : Transparence dans la procédure de demande

Les employeurs du secteur médical semblent être beaucoup plus accommodants et moins exigeants que la moyenne de toutes les entreprises. C’est ce que montre la question des raisons pour lesquelles les candidats ont été rejetés. Le personnel médical ou para médical est nettement plus nombreux à connaître les raisons pour lesquelles il a été rejeté pour un emploi : Ici, 58 % ne connaissent pas les raisons, et la moyenne de tous les candidats se situe juste en dessous de 67 %. Seuls 23,5 % n’ont pas été embauchés en raison de demandes salariales excessives (35,6 % au total), 16,2 % parce que la chimie entre l’employeur et le candidat ne correspondait pas (38,3 % au total).

Différence 4 : Valeurs et contenu de l’œuvre

Les expériences et les feed backs des amis jouent et influent dans la décision de travailler. Par exemple, si des amis* ont eu de mauvaises expériences lors de la procédure de candidature, 59 % des personnes interrogées ne font pas de demande du tout. En termes des appréciations , la reconnaissance, une vie insouciante , le sens du travail et le bonheur représente un intérêt important  que la moyenne de tous les groupes professionnels.

Et : 73,3 % travaillent dans leur emploi actuel en raison du contenu, le salaire (58,1 %) ou les relations sociales (57,6 %) jouent un rôle clairement subordonné. Ici aussi, les valeurs moyennes pour l’ensemble des répondants (59,7 %, 59,0 et 46,9) sont nettement inférieures.

Différence 5 : La numérisation

Il est également intéressant de jeter un coup d’œil sur les évaluations des candidats* pour l’avenir. Comme mentionné au début, les demandeurs d’emploi dans le domaine médical sont beaucoup plus optimistes. mais ils ont plus de crainte en ce qui concerne la numérisation. 36,4 % (tous : 31,4 %) ont des problèmes avec les processus d’application numériques et 48,9 % (tous : 40,3 %) ont peur d’être dépassés par des concurrents* ayant une affinité pour la technologie. La crainte qu’ils soient surchargés de travail est également beaucoup plus grande : 58 % des personnes interrogées le constatent déjà aujourd’hui dans le domaine médical – et un nombre croissant d’entre elles craignent que la situation ne s’aggrave au cours des 10 et 20 prochaines années.

Conclusion

Quels enseignements les employeurs du secteur médical peuvent-ils en tirer ? Tout d’abord, en ce qui concerne les valeurs et le contenu, l’importance des thèmes de l’image de marque et de la réputation de l’employeur. Toute personne qui travaille dans le domaine médical apporte généralement beaucoup d’idéalisme et de motivation. La réputation d’une clinique ou d’un établissement de soins, l’expérience des amis et des connaissances jouent un rôle important dans le processus de sélection. Et : dans toutes les activités de numérisation  qui sont importantes et justes – les employeurs ne doivent pas oublier d’emmener leurs employés avec eux. Bien que certains candidats puissent se sentir intimidés par les processus de candidature numériques, ils ont beaucoup moins de difficultés à contacter un employeur via les médias sociaux. Avec une bonne action sur Facebook, Whatsapp, Instagram ou même Snapchat, ils peuvent marquer des points.