La profession de cardiologue

Les spécialistes en cardiologie diagnostiquent et traitent les maladies du système cardiovasculaire. Le cœur est un organe vraiment remarquable : il bat plus de 40 millions de fois par an et pompe plus de 7500 litres de sang par jour – au cours d’une vie normale, le volume cumulé remplirait trois camions-citernes entiers.

Dans l’article suivant, le domaine professionnel de la cardiologie, ainsi que les méthodes d’examen et les tableaux cliniques de cet organe unique sont présentés.

Qu’est-ce qu’un cardiologue ?

La cardiologie est un domaine indépendant de la médecine interne. Un cardiologue est spécialisé dans le diagnostic et le traitement des maladies du système cardiovasculaire. Ce domaine est différent du sous-domaine de la chirurgie cardiaque. Un cardiologue n’est pas la même chose qu’un chirurgien cardiaque. Il ouvre la poitrine et effectue une chirurgie cardiaque. À son tour, un cardiologue examine et diagnostique les maladies cardiovasculaires et effectue des opérations telles que le cathétérisme cardiaque ou l’implantation d’un stimulateur cardiaque.

Que fait un cardiologue ?

Les cardiologues étudient, diagnostiquent et traitent les maladies du système cardiovasculaire. Ils sont similaires aux autres médecins dans le sens qu’ils doivent évaluer leurs patients, revoir leurs antécédents médicaux et élaborer un plan de traitement. Il doit également être en mesure de répondre aux questions des patients du service de cardiologie et de communiquer avec la famille du patient pendant le traitement. Les antécédents familiaux comprennent les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et la mort cardiaque subite. Le mode de vie du patient (activité physique, consommation d’alcool et de tabac, etc.) et les facteurs de risque associés sont également remis en question en raison de la présence de maladies cardiaques. Beaucoup de leurs tâches professionnelles se concentrent sur le traitement du cœur. Pour plus d’informations, consultez la section suivante.

Méthodes d’examen cardiologique

En cardiologie, on distingue les méthodes d’examen invasives et non invasives suivantes :

  • Exercice ECG

L’ECG d’effort est un examen effectué sur un tapis roulant ou un ergomètre qui permet de vérifier l’activité cardiaque du patient à l’effort. Elle est généralement augmentée par paliers de 25 watts jusqu’à ce que la limite de charge individuelle soit atteinte. Cela dépend de l’âge, du poids, de la taille et du sexe.

  • L’ECG (à long terme)

L’ECG enregistre les potentiels électriques au cours d’une action cardiaque. L’ECG à long terme, qui est enregistré pendant au moins 24 heures avec un petit enregistreur portable, permet d’analyser les perturbations du rythme qui ne se produisent qu’occasionnellement.

  • Spiroergométrie

La spiroergométrie est une méthode qui permet d’évaluer qualitativement et quantitativement les réactions du cœur, de la circulation et de la respiration pendant un effort physique. En outre, cette méthode a une forte valeur prédictive de la résilience du cœur et des poumons. On mesure en continu le débit respiratoire, l’absorption d’oxygène, la libération de dioxyde de carbone et le rythme cardiaque.

  • L’échocardiographie (échographie cardiaque)

L’échocardiographie est l’examen du cœur à l’aide d’ultrasons. Il est réfléchi aux interfaces des structures anatomiques et ces signaux sont utilisés pour reconstruire une image du cœur. Cette méthode non invasive revêt aujourd’hui une grande importance dans les diagnostics cardiologiques de routine.

  • Mesure de la pression artérielle à long terme

La mesure de la pression artérielle à long terme est utilisée pour enregistrer le profil de la pression artérielle circadienne. Il existe des formes d’hypertension dans lesquelles le profil de la pression artérielle jour-nuit est fréquemment modifié. Cet examen permet de poser un diagnostic.

  • Scintigraphie cardiaque

En scintigraphie cardiaque, on injecte au patient un isotope tel que le thallium 201 après l’exercice. Dans les tissus enflammés, l’accumulation est accrue, tandis qu’aucun isotope ne peut être détecté dans les zones cicatrisées ou non perfusées. Cela permet d’enquêter sur les cas suspects de maladies coronariennes (artères coronaires).

  • Scanner cardiaque

Une tomographie du cœur est réalisée pour obtenir une vision du cœur ou de l’anatomie coronarienne, pour détecter une maladie coronarienne ou pour évaluer l’intégrité des pontages coronariens et autres implants.

Le scanner cardiaque est une méthode d’examen rapide et fiable pour estimer le risque de crise cardiaque. L’examen est effectué sur les patients présentant des douleurs thoraciques inexpliquées et des facteurs de risque existants tels que l’hypertension artérielle, le diabète, le tabagisme, le surpoids ou des taux de lipides sanguins élevés.

  • L’écho de déglutition (TEE)

L’abréviation TEE signifie échocardiographie transœsophagienne. Il s’agit d’un examen échographique du cœur de l’intérieur au cours duquel une sonde échographique de l’épaisseur d’un doigt est introduite dans l’œsophage. Il fournit des informations sur la structure, la taille et la fonctionnalité des cavités cardiaques et des valves cardiaques.

  • Examen par cathéter cardiaque

Lors du cathétérisme cardiaque, un cathéter rempli de liquide est poussé des grands vaisseaux périphériques vers le cœur. Cette méthode invasive permet le diagnostic des malformations cardiaques et l’imagerie des vaisseaux coronaires.

  • Coronarographies

Lors de cet examen, un cathéter est inséré dans un vaisseau sanguin à l’aide de rayons X et ainsi placé dans les artères coronaires. Le cardiologue injecte ensuite un produit de contraste pour visualiser les constrictions (sténoses) ou les blocages. Si des blocages sont détectés dans le vaisseau, une intervention coronarienne dite percutanée, également appelée angioplastie coronarienne, peut être effectuée. Cela améliore le flux sanguin vers le cœur. La coronarographie est une procédure courante qui entraîne rarement de graves complications.

Les tableaux cliniques de la cardiologie

Dans ce qui suit, les tableaux cliniques les plus courants de la cardiologie sont mis en évidence.

  • L’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est une affection courante associée à une morbidité importante et touche de nombreux organes, dont le cœur, le cerveau et les reins. Les maladies cardiaques hypertensives peuvent affecter le ventricule gauche ou droit. Dans ce dernier cas, la maladie est appelée cor pulmonale. On l’appelle une maladie de civilisation parce que des causes telles que la malnutrition, le manque d’exercice, le stress et d’autres facteurs influencent négativement la pression artérielle.

  • L’arythmie cardiaque

On sait que le cœur contient un système de conduction spécialisé composé de cellules excitatrices du muscle cardiaque qui régulent le rythme et la vitesse de contraction du cœur et qui sont essentielles à la fonction cardiaque normale. Les arythmies peuvent se manifester par une tachycardie (rythme cardiaque rapide), une bradycardie (rythme cardiaque lent), un rythme irrégulier avec une contraction ventriculaire normale ou une absence d’activité électrique (asystolie). Les patients ne remarquent rien ou ressentent un “cœur qui bat”. La perte d’un débit sanguin adéquat due à une arythmie persistante peut entraîner des étourdissements, une perte de conscience (syncope) ou une mort cardiaque subite.

  • L’insuffisance cardiaque (faiblesse du muscle cardiaque)

L’insuffisance cardiaque est un trouble fonctionnel du cœur avec un débit cardiaque réduit, en conséquence de quoi une quantité insuffisante de sang est pompée à la périphérie du corps, réduisant ainsi l’apport sanguin à tous les organes. Les symptômes typiques sont l’essoufflement, la fatigue et la baisse de performance. En fonction du ventricule le plus touché, on distingue le cœur gauche, le cœur droit et l’insuffisance cardiaque globale.

  • Les maladies vasculaires (maladies des vaisseaux coronaires)

Les maladies des artères coronaires sont polyvalentes. La maladie dite coronarienne est la conséquence de l’artériosclérose des artères coronaires. La cause sous-jacente est un déséquilibre entre l’approvisionnement en oxygène et la consommation d’oxygène dans le muscle cardiaque. L’une des manifestations les plus fréquentes est l’angine de poitrine (“chest tightness”), c’est-à-dire une douleur soudaine dans la région du cœur ainsi qu’une sensation de pression dans la poitrine.

  • Les malformations des valvules cardiaques (malformations cardiaques congénitales et acquises)

Un faible pourcentage de tous les enfants nés vivants (~ 0,8-1,0 %) présentent une malformation cardiaque ou vasculaire, qui est généralement causée par une mort développementale au cours de la phase embryonnaire. Il y a souvent des courts-circuits entre le cœur gauche et le cœur droit. C’est ce qu’on appelle une malformation cardiaque et vasculaire congénitale.

En outre, on les distingue des malformations valvulaires cardiaques acquises, qui sont causées par une combinaison chronique, rarement aiguë, de sténose et d’insuffisance. Les représentants connus sont la sténose aortique, l’insuffisance aortique, l’insuffisance mitrale et la sténose mitrale.

  • La crise cardiaque

La “crise cardiaque”, dans le langage technique infarctus du myocarde, décrit une nécrose du muscle cardiaque à la suite d’un trouble circulatoire (ischémie). La cause principale est l’athérosclérose. Si l’infarctus du myocarde peut survenir à pratiquement tout âge, sa fréquence augmente progressivement avec l’âge et les facteurs de risque.

  • La myocardite

La myocardite comprend un groupe diversifié de tableaux cliniques dans lesquels les agents infectieux et/ou les processus inflammatoires affectent principalement le muscle cardiaque (myocarde). Le suffixe -itis désigne généralement une cause inflammatoire. Il est important de distinguer ces maladies de celles dans lesquelles le processus inflammatoire est la conséquence d’une autre cause de lésion myocardique, comme les maladies coronariennes.

  • L’endocardite

L’endocardite est une inflammation essentiellement bactérienne de l’endocarde. En général, les valvules cardiaques sont impliquées. L’endocardite infectieuse peut être divisée en formes aiguës et subaiguës selon la rapidité et la gravité de l’évolution clinique. Les distinctions sont basées sur la puissance des germes responsables et la présence d’une maladie cardiaque sous-jacente.

  • La sténose aortique

La sténose aortique est la troisième maladie cardiovasculaire la plus répandue dans le monde occidental. La sténose aortique est un rétrécissement anormal de la valve aortique. Il existe un certain nombre de maladies qui entraînent un rétrécissement de la valve aortique. Lorsque le degré de rétrécissement devient si important que la circulation du sang du ventricule gauche vers les artères est entravée, des problèmes cardiaques se développent.

  • Les tumeurs du poumon

L’embolie pulmonaire désigne l’occlusion d’une artère pulmonaire par un caillot de sang mobile (embole). La plupart des embolies pulmonaires sont causées par des thrombus dans les veines profondes de la jambe inférieure et dans les veines plus larges situées au-dessus. L’occlusion d’un gros vaisseau entraîne une augmentation soudaine de la pression dans l’artère pulmonaire, une réduction du débit cardiaque, une insuffisance cardiaque du côté droit (cor pulmonale) ou même la mort.

La consommation de tabac est un facteur de risque important pour les maladies cardiaques et pulmonaires. Les patients atteints d’artériosclérose souffrent souvent aussi d’un cancer du poumon.

Salaire du cardiologue – que gagne-il ?

Les salaires en cardiologie dépendent de divers facteurs. Tout d’abord, cela dépend si vous travaillez dans un bureau ou dans un hôpital en tant que cardiologue résident. En outre, des facteurs tels que l’expérience professionnelle et (le travail de nuit) jouent un rôle important. Comme dans d’autres secteurs, en tant que travailleur indépendant, votre salaire est composé de nombreux facteurs, tels que l’emplacement de votre pratique ou les coûts de main-d’œuvre, l’équipement médical, le loyer et les frais accessoires. Dans le domaine de la médecine interne, y compris la cardiologie, on peut s’attendre à des bénéfices nets par cabinet.

Il existe une convention collective pour l’emploi dans un hôpital. Pour plus d’informations sur le salaire de départ et toutes les autres conventions collectives, consultez notre longue liste de conventions collectives pour les médecins.