Médecin assistant : Ordre des médecins, autorisation d’exercer la médecine, régime de retraite

Les derniers examens ont été passés et le début d’une carrière de médecin assistant est tout proche. Avant de pouvoir commencer vos premiers services, certaines formalités doivent être clarifiées. L’employeur exige de vous divers formulaires, preuves et documents. Pour ne pas tout perdre de vue, nous vous fournissons la liste de contrôle idéale pour vous aider à surmonter cet obstacle ! Vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour démarrer en douceur dans votre vie professionnelle ; de façon compacte et en un coup d’œil !

L’autorisation d’exercer la médecine

Après vos études, vous devez d’abord demander votre permis d’exercer la médecine.

L’autorisation d’exercer la médecine est l’autorisation de l’État d’exercer la profession médicale. Il est, également, associé à l’autorité de porter le titre professionnel, de sorte que vous pouvez vous appeler médecin dès réception du certificat. Il s’agit, donc, d’une condition de base pour le début de votre carrière de médecin assistant. Sur le plan juridique, l’autorisation d’exercer la médecine est régie par le règlement d’autorisation des médecins (ÄApprO) et par la Fédération allemande des médecins (BÄO).

Pour pouvoir tenir la bonne pièce dans vos mains, il faut présenter de nombreux documents. 

Adhésion obligatoire à l’ordre des médecins

L’association médicale respective de l’État fédéral dans lequel vous avez votre lieu de travail en est responsable.

Les associations médicales sont les organes responsables de l’auto-administration professionnelle des médecins allemands. Il existe 16 Länder allemands, mais 17 associations médicales régionales, car en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les Länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Westphalie-Lippe ont des associations médicales indépendantes. Leurs tâches comprennent l’élaboration de statuts, l’acceptation d’examens, le contrôle de l’exercice de la profession et la promotion de la formation médicale continue.

Dès que vous avez votre permis d’exercer la médecine en poche, vous êtes officiellement membre d’une association médicale d’un État fédéral. L’association médicale respective de l’État fédéral dans lequel vous exercez votre profession ou, si vous ne travaillez pas, votre premier lieu de résidence, est responsable de vous.

Si vous voulez aller plus lentement après avoir reçu votre licence, vous pouvez devenir membre volontairement. Cela vous coûtera environ 50 à 60 euros par an, selon l’association médicale de l’État. Cela présente l’avantage que vous pouvez, ensuite, demander votre carte de médecin. Toutefois, dès que vous commencez à travailler, vous devez vous inscrire et devenir membre obligatoire. Selon l’expérience, les honoraires d’un médecin assistant sont de 150 à 250 euros par an, en fonction de vos revenus mensuels provenant du travail médical.

Vous trouverez les formulaires d’inscription (dont certains peuvent, également, être remplis en ligne) auprès de votre association médicale régionale respective.

La carte médicale

Vous pouvez obtenir une carte de médecin sur demande auprès de l’ordre des médecins. Il vous suffit d’une photo d’identité.

L’un des avantages de l’inscription directe à l’association médicale en tant que membre volontaire est la carte de médecin. Non seulement cela fait bonne figure dans votre portefeuille, mais cela vous légitime, également, en tant que médecin agréé et membre de l’Association médicale de l’État. Avec la carte, vous pouvez acheter des médicaments sur ordonnance pour vos besoins personnels à la pharmacie.

Le régime de pension

Vous devez vous affilier à la caisse de retraite lorsque vous commencez vos activités médicales.

Le régime de pension médicale est l’institution qui organise la prévoyance vieillesse des professions libérales. Contrairement aux salariés ou aux indépendants, les médecins, les dentistes, les vétérinaires, les pharmaciens, mais aussi, par exemple, les avocats ou les conseillers fiscaux, effectuent leur travail de vieillesse en dehors de l’assurance pension légale allemande.

Vous devez cotiser au régime de retraite. Pour éviter de cotiser au régime de pension ET à l’assurance pension légale, vous devez être exempté de l’assurance pension légale.

En général, il faut dire qu’il ne vaut pas la peine de cotiser à l’assurance pension légale en plus du régime de pension, car vous “sortirez” de l’argent que vous avez versé relativement peu de temps après votre retraite.

L’assurance maladie

Une attestation d’affiliation à l’assurance maladie légale de l’employeur peut être obtenue directement auprès de l’assureur. Comme alternative à l’assurance maladie obligatoire, vous pouvez souscrire une assurance maladie privée si votre revenu brut est supérieur au plafond de l’assurance obligatoire. 

Il vous suffit de contacter le service du personnel de votre employeur pour connaître votre statut d’assurance. Dans quelles conditions une modification de l’assurance maladie privée a un sens ou non, vous devriez en discuter avec votre courtier d’assurance, car il n’y a pas de déclaration générale ici. En outre, il est logique de faire “geler” son état de santé auprès d’une des compagnies d’assurance maladie privées pour quelques euros par mois seulement. Vous pouvez, ainsi, économiser beaucoup d’argent lorsque vous changez d’assurance maladie par la suite !

Taxe : le processus ELStAM

La procédure ELStAM est, également, appelée “carte électronique d’impôt sur le salaire”. Cette procédure remplace la carte classique de l’impôt sur le salaire et contient, entre autres, des éléments sur la classe d’imposition, l’impôt ecclésiastique et les éventuelles allocations familiales.

Le bureau des impôts compétent de votre lieu de résidence communiquera les données fiscales pertinentes à l’employeur sur vos instructions. Pour cela, vous avez besoin de votre numéro d’identification fiscale personnel. Malheureusement, pour cette étape, vous devez vous rendre en personne au bureau des impôts compétent !

La couverture des risques par la responsabilité et l’incapacité professionnelle

La responsabilité

Tout d’abord, vous devez savoir que, fondamentalement, chacun est responsable de ses actes de manière illimitée. L’article 823 du BGB stipule que : “Quiconque viole délibérément ou par négligence la vie, le corps, la santé, la liberté, la propriété ou tout autre droit d’autrui de manière illicite est tenu d’indemniser l’autre pour le préjudice qui en résulte”.

Dans la clinique, vous êtes couvert par votre employeur, en dehors de la clinique (par exemple en cas d’urgence médicale), votre propre assurance responsabilité civile vous couvrira. Par conséquent, une assurance responsabilité civile (professionnelle et privée) est à notre avis non seulement fortement recommandée, mais absolument nécessaire !

L’handicap

Surtout au début de votre activité médicale, la main-d’œuvre est votre seule “source de revenus”. S’il s’agit de la perte de sa propre force de travail pour cause de maladie ou d’infirmité physique, cela peut détruire sa propre existence, car on n’a tout simplement pas l’argent pour gagner sa vie. Il est, donc, très judicieux de couvrir ce risque sous la forme d’une assurance privée d’invalidité professionnelle.

Ici aussi, il est important d’aborder cette question en temps utile, de préférence pendant vos études. Vos antécédents médicaux jouent un rôle important dans la classification des primes et dans la question de savoir si certaines maladies sont exclues de votre assurance. Plus vous en avez déjà sur votre “compte maladie”, plus ce sera difficile.