Médecin de famille : un spécialiste en médecine générale

Le médecin généraliste assure les soins médicaux de base de la population. En tant que spécialiste en médecine générale, il travaille généralement comme médecin de famille. En tant que médecin généraliste en cabinet privé ou en cabinet de groupe, il est le premier point de contact pour tous les problèmes de santé et les questions des patients. Le médecin généraliste traite des personnes de tous âges, en tenant compte des dimensions biologiques, psychologiques et sociales de leurs problèmes de santé.

Qu’est-ce qu’un médecin généraliste ?

Le terme “médecin généraliste” décrit très bien le large éventail de tâches du médecin de famille. Les patients voient le médecin généraliste comme le premier et principal point de contact pour toutes les maladies et les questions concernant la santé. Qui ne le sait pas ? Dès que vous vous sentez malade ou que vous avez besoin de conseils médicaux, la première chose à faire est de consulter votre médecin de famille. Le principe du médecin traitant prévoit même de toujours consulter d’abord le médecin généraliste avant de consulter un spécialiste.

Lors de la consultation médicale, dite anamnèse, le médecin généraliste s’informe de l’état de santé du patient. Le médecin généraliste traite et soigne souvent des patients qu’il connaît depuis longtemps, souvent même par le biais de familles sur plusieurs générations. Cela lui confère un rôle particulier de personne de confiance en plus de la compétence professionnelle nécessaire. Dans de nombreux cas, cela permet également au médecin de famille d’établir plus facilement un diagnostic.

Outre le traitement des maladies, le spécialiste en médecine générale s’occupe également des mesures préventives, telles que les vaccinations et les conseils nutritionnels. En outre, il accompagne les patients dans leur phase de réhabilitation après un traitement hospitalier réussi ou une maladie grave.

Dans le cas de maladies particulières qui nécessitent des connaissances spécialisées dans un domaine particulier, le médecin de famille oriente ses patients vers le spécialiste approprié pour un traitement complémentaire ou un diagnostic différentiel. Le médecin généraliste est également responsable de la compilation de toutes les données médicales importantes d’un patient et travaille en étroite collaboration avec tous les établissements et institutions qui sont importants pour la santé du patient.

Que fait un médecin généraliste ?

Un examen par le médecin de famille commence toujours par une anamnèse. Le médecin généraliste s’informe en détail des problèmes de santé de la personne concernée. Si le patient est déjà connu, il classe les informations dans le contexte médical ou dans son histoire médicale individuelle.

En outre, le médecin généraliste utilise, entre autres, les méthodes d’examen suivantes :

1 – L’examen physique

L’examen physique est toujours l’une des méthodes d’examen médical les plus importantes. Il donne au médecin une vue d’ensemble de l’état de santé du patient sans qu’il ait besoin d’aucune aide. Pour ce faire, le médecin utilise les méthodes suivantes :

En cas de rhume ou de grippe, tout le monde devrait se familiariser avec l’examen physique. Ici, le médecin de famille inspecte la bouche, la gorge et la cavité nasale, il écoute le cœur et les poumons avec un stéthoscope et palpe le foie et la rate.

2 – Mesure de la pression artérielle

La pression sanguine représente la pression dans les artères de la circulation du corps. La mesure de la pression artérielle est généralement effectuée au bras du patient à l’aide d’un brassard gonflable. Celui-ci est relié à un manomètre qui indique la tension artérielle. La mesure elle-même est généralement effectuée par une infirmière ou un assistant médical, qui transmet les résultats au médecin. Le résultat de la mesure de la pression artérielle est utilisé pour obtenir des informations sur l’état physique du patient.

3 – Mesure du pouls

L’un des examens les plus importants en médecine est la mesure du pouls à la main. Le médecin ou l’assistant médical palpe une artère du patient, généralement directement sur le poignet. Ensuite, on compte les battements de pouls, le nombre d’ondes de pouls par minute est appelé fréquence du pouls. Le résultat donne au médecin des informations sur l’état physique du patient, comme la condition d’entraînement, mais aussi sur le stress psychologique et la tension.

4 – Test sanguin

Lors de l’analyse sanguine, le médecin généraliste ou l’assistant médical prélève un échantillon de sang du patient et fait ensuite contrôler les valeurs sanguines par un examen de laboratoire. Le résultat est la numération globulaire, qui donne des indications sur des maladies telles que les infections, l’anémie ou le cancer. En outre, diverses substances présentes dans le sang peuvent être testées, comme les vitamines, le fer, le sodium, le calcium ou le potassium. La glycémie et le cholestérol peuvent également être contrôlés. Afin que les valeurs ne soient pas falsifiées, il est souvent important que le patient se présente à jeun pour l’analyse de sang.

5 – L’électrocardiogramme (ECG)

Avec l’électrocardiogramme (ECG), le médecin généraliste vérifie la fonction cardiaque et le rythme du cœur. Le courant électrique du cœur est mesuré par des électrodes, par exemple sur la couvée. L’examen permet de tirer des conclusions sur l’hypertension, les troubles circulatoires des vaisseaux coronaires, l’inflammation et les troubles du muscle cardiaque ou une crise cardiaque. Dans certains cas, un ECG de longue durée peut être nécessaire, au cours duquel le rythme cardiaque est enregistré pendant une certaine période, généralement 24 heures.

6 – Test de la fonction pulmonaire

Lors du test de fonction pulmonaire, le médecin de famille vérifie le fonctionnement des voies respiratoires et des poumons. Cela signifie que l’on vérifie l’efficacité des poumons. Il s’agit de déterminer la quantité d’air qu’une personne peut inspirer et expirer. Il existe différentes méthodes d’examen, telles que la spirométrie, la spiroergométrie ou la mesure du débit de pointe. On mesure différents volumes d’air dans les poumons et les voies respiratoires ainsi que le débit respiratoire. Des maladies telles que l’asthme peuvent être détectées.

7 – L’examen ultrasonique (échographie)

Lors de l’échographie (examen par ultrasons), le médecin de famille envoie des ondes ultrasonores dans les tissus du patient à l’aide d’un appareil. Comme l’IRM (imagerie par résonance magnétique) et les rayons X, l’échographie est une procédure d’imagerie non invasive. Cela signifie que le médecin de famille peut utiliser ces méthodes pour obtenir une image de l’intérieur du corps humain sans aucune intervention. Par exemple, le médecin généraliste examine l’abdomen et des organes tels que le foie, la rate, les reins ou la thyroïde. La méthode d’examen est utilisée, par exemple, pour les douleurs rénales, les douleurs dorsales et aines, ainsi que les problèmes de miction et de sang dans les urines.

8 – Les sonographies Doppler

L’échographie Doppler est une forme particulière d’examen échographique. Il peut être utilisé pour mesurer la vitesse du flux sanguin. Cette technique permet au médecin de famille d’obtenir des informations sur le flux sanguin dans les vaisseaux. Il est utilisé, par exemple, dans les cas d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies cardiaques et de grossesse.

9 – La thérapie par perfusion et transfusion

Dans la thérapie par perfusion, le médecin généraliste administre au patient certains médicaments ou solutions d’électrolytes par un accès veineux, qui sont destinés à avoir une influence positive sur la maladie du patient. Par exemple, dans le cas d’infections de type grippal et de sensibilité accrue aux infections, des marco et micronutriments tels que la vitamine C et le zinc sont administrés par infusion pour renforcer le système immunitaire. La thérapie transfusionnelle implique l’administration de conserves de sang.

10 – Les examens médicaux préventifs

Ce domaine comprend, par exemple, des conseils en matière de nutrition et de vaccination. Adapté à l’état de santé et aux besoins du patient, le médecin de famille établit un plan nutritionnel. Les conseils en matière de vaccination assurent la régularité des vaccinations obligatoires, mais jouent également un rôle particulier avant les voyages à longue distance. D’autres examens préventifs importants sont le dépistage du cancer de la peau, l’examen des seins par palpation chez la femme, la mammographie et la détection précoce du cancer du colon.

Les tableaux cliniques du médecin généraliste

Dans le cadre de ses activités de soins primaires, le médecin généraliste est confronté à un large éventail de maladies et de problèmes de santé.

L’Association nationale des médecins de l’assurance maladie obligatoire examine régulièrement les maladies les plus courantes dont s’occupe le médecin de famille. Les tableaux cliniques les plus courants sont les suivants.

1 – Les maladies du système musculaire, squelettique et des tissus conjonctifs

Le groupe de maladies le plus fréquent dans les pratiques médicales allemandes sont les maladies du système musculaire, squelettique et des tissus conjonctifs. Le tableau clinique le plus courant se trouve dans le domaine des “maladies de la colonne vertébrale et du dos”. De très nombreux patients se plaignent de maux de dos, plus de 20 millions de patients souffrant de maux de dos sont traités chaque année. Les causes sont souvent des anomalies posturales ou des dommages aux disques intervertébraux, qui entraînent une tension ou une détérioration des muscles ou des nerfs.

2 – Les maladies des voies respiratoires

Les maladies respiratoires arrivent en deuxième position parmi les maladies les plus courantes. Le diagnostic le plus courant est une infection aiguë des voies respiratoires supérieures, comme c’est le cas pour un rhume.

Mais l’asthme et les maladies bronchiques font également partie des tableaux cliniques que le médecin généraliste traite dans ce domaine.

3 – Les maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques

Le système endocrinien du corps humain produit des hormones qui régulent diverses fonctions de l’organisme, comme le métabolisme et l’équilibre hydrique et électrolytique. Les troubles endocriniens comprennent les maladies des organes dits endocriniens, tels que la thyroïde, les glandes surrénales et l’hypophyse. Les tableaux cliniques typiques sont l’hypothyroïdie, l’hyperthyroïdie, le syndrome adrénogénital, l’hirsutisme, le syndrome de Cushing et l’acromégalie.

Les maladies dans le domaine de la nutrition et du métabolisme sont souvent qualifiées de maladies répandues. Les causes sont la malnutrition ou une alimentation trop grasse avec un excès de poids. Les maladies qui en résultent sont par exemple le diabète de type I ou un taux de cholestérol élevé (hypercholestérolémie).

4 – Les maladies cardiovasculaires

Le spectre de ces tableaux cliniques va de l’insuffisance cardiaque à la maladie coronarienne et à l’infarctus. Les tableaux cliniques les plus importants dans ce domaine comprennent l’hypertension et les maladies des veines. En particulier, l’hypertension artérielle, dont les valeurs sont supérieures à la norme, est très répandue, jusqu’à 30 % de la population. Le manque d’exercice, une mauvaise alimentation et le surpoids, combinés au stress, en sont souvent la cause. Le médecin généraliste a une responsabilité particulière en matière de détection précoce et de prévention.

5 – Les problèmes psychologiques et les troubles du comportement

Ces dernières années, l’une des tendances à la hausse les plus fortes est celle des patients souffrant de dépression, de troubles anxieux et de psychoses. Le taux de maladie due à la maladie mentale est en hausse depuis plus de 10 ans. Le stress accru de la société et du monde du travail en est la cause. En particulier, un lien entre le stress chronique au travail et les maladies dépressives a été identifié.

En outre, le spécialiste en médecine générale s’occupe également de la démence et de la maladie d’Alzheimer. En outre, des patients ayant des problèmes d’alcool et de drogue viennent au cabinet.

Spécialiste en médecine générale : Formation

La qualification de spécialiste en médecine générale s’obtient après l’achèvement des études de médecine par une formation complémentaire dans le domaine de la médecine générale. La période de formation continue est de cinq ans, pendant laquelle le médecin travaille initialement comme médecin assistant. Les associations médicales des différents États fédéraux sont responsables du contenu et de la structure des sous-domaines, de sorte que la formation de médecin généraliste peut varier d’un État à l’autre.

En règle générale, une formation complémentaire de 36 mois a lieu dans le cadre d’une hospitalisation en hôpital ou en clinique. Une grande partie de cette formation couvre la médecine interne. Le reste du temps peut être consacré à un domaine de spécialisation de choix, par exemple la chirurgie, la pédiatrie ou la gynécologie.

Après la période d’hospitalisation, le volet ambulatoire de la formation continue pour devenir spécialiste en médecine générale commence. Elle dure 24 mois dans le cadre de l’exercice d’un médecin généraliste titulaire d’une autorisation de formation appropriée. Dans certains états, les six derniers mois peuvent être passés dans un cabinet spécialisé, par exemple avec un spécialiste en chirurgie ou un spécialiste en neurologie.

Tous les futurs médecins de famille doivent également suivre un cours de 80 heures sur les soins psychosomatiques de base. Il est recommandé de suivre ce cours au cours des trois premières années de formation.

Spécialistes en médecine générale : Salaire

Un médecin de famille ayant son propre cabinet a un salaire annuel moyen de 167 000 euros. Le revenu brut du médecin de famille dépend de l’État fédéral, de la démographie et de la proportion de patients privés.

En tant que médecin généraliste employé dans une clinique, le salaire dépend de la clinique, de la convention collective et de l’expérience professionnelle. Avec quelques années d’expérience professionnelle, le médecin généraliste gagne un salaire d’environ 84 000 euros brut par an.